06 mai 2022

Suite et fin ...


... de la visite de l'enclos paroissial de Guimiliau.

Le porche 

Polychrome dans son coloris d'origine, il permet d’entrer dans l’espace sacré de l’église, ceci explique la richesse de sa décoration qui affiche également la prospérité de la paroisse. Tout en haut en face une statue du Christ entouré d'Adam et Ève, au-dessous entre les deux portes un joli bénitier en kersanton. Sur les murs latéraux, abrités par des dais Renaissance et des niches à colonnettes ioniques, les 12 apôtres adoptent un maintien majestueux avec leurs attributs.

Enclos paroissial Guimiliau (19)

&& Enclos paroissial Guimiliau (17)

&& Enclos paroissial Guimiliau (18)

 
Le baptistère

Ce baptistère, datant de 1675, en bois de chêne et de sculpture baroque, intègre deux cuves en granit de style, protégées par un couvercle en bois (une cuve pour le baptême et une plus petite pour l’évacuation de l’eau). L’ensemble a été conçu par la Marine Royale (Atelier de Brest-Colbert) en échange de toiles de lin. C'est un magnifique baldaquin (Renaissance) porté sur huit colonnes torses et décoré de bas-reliefs, de guirlandes, rosaces et motifs de toutes sortes.

&& Enclos paroissial Guimiliau (11)

Enclos paroissial Guimiliau (12)

 
Les retables

Comme certaines m'ont fait remarquer que la pierre à l'extérieur est foncée et triste ... d'autres vont me dire que l'intérieur est trop doré et coloré ! Que voulez-vous c'est ainsi, il faut d'ailleurs savoir qu'autrefois les églises étaient très colorées. Le premier retable est celui de Saint-Miliau, le second celui de Saint-Joseph.

&& Enclos paroissial Guimiliau (3)

&& Enclos paroissial Guimiliau (4)

 
Le calvaire

Il se classe parmi les plus grands en Bretagne par sa composition et le mouvement que donne le drapé des vêtements. Il comporte plus de deux cents personnages. C’est une production des ateliers landernéens (1581 à 1588), mais on ignore les noms des artistes. Comme les autres calvaires il sert de chaire à prêcher pendant les pardons, mais c'est aussi un véritable livre d'images pour des fidèles souvent illettrés. Je vous épargne la liste des personnages, sachez qu'il y a la représentation de Katell Gollet ( Catherine la Perdue ... et ça n'est pas moi je vous rassure ! 🤣 ), belle jeune fille vivant de débauche et de plaisir, bien célèbre en Bretagne, représentée ici dans la gueule du dragon de l'Enfer.

&& Enclos paroissial Guimiliau (21)

&& Enclos paroissial Guimiliau (24)


La chapelle funéraire

C'est dans cette chapelle qu'autrefois on déposait les corps des défunts, en attendant l'ensevelissement, surtout en cas de peste ou de choléra. La façade est ornée de colonnes et petites baies en plein cintre, une chaire extérieure servait à la prédication en plein air.

&& Enclos paroissial Guimiliau (22)

Guimiliau-CPA01-a

 Renseignements trouvés principalement sur InfoBretagne et Les enclos CIAP

Voilà, j'espère ne pas vous avoir trop lassés, j'ai essayé de faire le moins "religieux" possible. Personnellement j'ai beaucoup de tendresse pour ces éléments de notre patrimoine, qu'on ne trouve que dans cette région de Bretagne. Ils possèdent quasiment tous les mêmes éléments, seul l'ossuaire n'est pas présent partout, mais ils sont malgré tout tous différents.

A demain pour les défis du samedi.


Excellente fin de semaine à vous !

 

drapeau-d-ukraine

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,


05 mai 2022

L'enclos paroissial ...


... de Guimiliau est situé sur la commune du même nom. Guimiliau doit son nom à son saint patron et fondateur, saint Miliau, prince bon et pieux, descendant des anciens rois de Bretagne. Décapité en 792, sur l'ordre de son frère, on l'invoque pour la guérison des ulcères et des rhumatismes. Ce bel ensemble architectural, édifié aux XVI-XVIIème siècle, est appelé « enclos paroissial » parce que groupant, comme
en un essaim : arc de triomphe, clocher, ossuaire, grand porche, église (avec baptistère, tribune des orgues,
chaire, retables), sacristie, chapelle funéraire et cimetière. 


&& Enclos paroissial Guimiliau (1)

 
La porte triomphale

C'est la pors ar maro, « porte des morts » datée de 1668. Elle est modeste, d'une beauté fruste, couronnée d'un vierge et de deux cavaliers provenant de la croix primitive du calvaire.

&& Enclos paroissial Guimiliau (2)

 
L'ossuaire

Dans certains enclos ils sont indépendants, celui de Guimilliau est adossé au flanc gauche du porche. Daté
du XVIIème siècle son soubassement est orné de « bénitiers » et de « bas-reliefs » en kersanton.

&& Enclos paroissial Guimiliau (26)

 
Le clocher

C'est en fait un clocher tour qui date de 1530-1550. De style Beaumanoir ( typique principalement du Bas-Trégor, clocher-mur élancé accosté d'une tourelle d'excalier ), la pyramide est octogonale, gothique ajourée, à encorbellement sculpté.

&& Enclos paroissial Guimiliau (27)

 
Le porche

Le grand porche (1606-1617) est pratiquement aussi haut que l’église. L’ensemble, assemblé dans une décoration Renaissance (colonnes, frontons, lanternons …) est porté ici à un très haut niveau de qualité.

&& Enclos paroissial Guimiliau (23)

 Il est évident que la religion est ici omniprésente mais je me suis attachée au côté architectural de l'ensemble. Que l'on soit croyant ou pas je pense que l'on peut apprécier ... surtout sous un si joli ciel bleu ! Demain nous entrerons à l'intérieur.

&&&&&&&&&&&&&&&&

Passons à mes deux défis du jeudi.

Pour Dom et A vos marques, prêt, photographiez on parle ce mois ci architecture : bâtiments, ponts ... J'ai choisi deux photos très différentes, le pont de Térénez sur l'Aulne entre Argol et Rosnoën (Finistère), et un immeuble Haussmanien rue Mozart dans le 16ème à Paris, quartier de la Muette.

&& pont de Térénez (2)

la Muette (9)

 

Et puis pour Anika et sa Photo Préférée j'ai choisi celle-ci prise au Jardin des Beaux Arts à Angers ...

&& jardin du musée des Beaux Arts (1)

 A demain pour la suite de la visite de l'enclos paroissial.


Belle journée à toutes et tous !

 

drapeau-d-ukraine

 

05 novembre 2021

Châteaulin ...


... petite cité du Finistère à l'entrée de la presqu'île de Crozon, est une ville agréable, mais sans attrait particulier pour ce qui est de la ville "récente". Un premier bourg, appelé aujourd’hui Vieux-Bourg, s’est établi autrefois sur la rive gauche de l’Aulne, et c'est celui-là que je vais vous présenter aujourd'hui. On ne sait pas grand-chose sur ce Vieux-Bourg, si ce n’est que la route menant à Douarnenez traversait autrefois ce village, et qu'il a existé un château-fort, construit au XIème siècle. 

Sénéchaussée ou douanes

Cet ancien édifice administratif du XVIIIéme siècle, voire XVIIème siècle, situé sur la hauteur du Vieux-Bourg, permettait de contrôler les passages sur l'Aulne, en amont et en aval, et sur la route royale n°170. La présence de la date de 1789 sur le linteau de la porte fait sans doute référence au rôle symbolique qu'a dû avoir ce bâtiment pendant la Révolution, mais sa construction est antérieure. Devenu ferme au cours du XIXème siècle (le rez-de-chaussée servait d'écurie et d'étable pour les veaux), ce bâtiment est devenue une habitation.

 

&& Sénéchaussée

0e2ca2e8-10a3-481c-a2c5-9d08b2e9ad87

Vieux Bourg Châteaulin (2)

 

Le bourg est tout petit mais les maisons sont très jolies, et bien fleuries ...

&& Vieux Bourg Châteaulin (5)

&& Vieux Bourg Châteaulin (2)

&& Vieux Bourg Châteaulin (4)

&& Vieux Bourg Châteaulin (3)

&& Vieux Bourg Châteaulin (1)

 

La chapelle Notre-Dame

Construite à flanc de coteau sur une butte, c'était à l’époque l’église paroissiale du Vieux Bourg. Elle remonte dans ses parties les plus anciennes au début du XIIIème siècle. L'église, l'arc de triomphe, la croix et l'ossuaire sont tous classés monuments historiques.

L'ossuaire fut attaché à la chapelle en 1575, il est construit dans le style Louis XII en vogue à l’époque. Il servait à entreposer les ossements retirés du sous-sol de l’église et du cimetière.
( on l'aperçoit à travers le porche sur la photo suivante )

église Notre-Dame (1)

On accède à la chapelle par un arc de triomphe établi dans la seconde moitié du XVème 
siècle. A l'origine l'escalier était plus grand, et à droite de la porte monumentale, il a été réduit et déplacé. 

cats

 
Taillé dans la pierre noire de Kersanton ce calvaire est une œuvre curieuse et rare. Sur la face ouest le Christ en croix est entouré de saint Jean et de la Vierge, les deux larrons en croix complètent la scène. La face exposée à l’est est plus étonnante, elle représente le jugement dernier. ( plus d'explications ici )

&& calvaire Vieux Bourg (2)

 La chapelle était hélas fermée, des visites avaient bien lieu l'été mais fin août 2020 quand nous y sommes allés c'était déjà terminé. Cet enclos paroissial est certes petit, moins "grandiose" que certains autres que nous avons pu voir, mais il a un charme fou !

Voilà c'était un peu long mais j'ai pensé qu'il était inutile de faire deux billets sur ce sujet.

A demain pour les défis du samedi.


Belle journée à toutes et tous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2020

Comme promis ...


... mercredi voici l'enclos paroissial de Sainte-Marie du Menez-Hom, le village juste au-dessous de la "montagne". C'est le roi Marc’h ( vous vous souvenez, l'oncle de Tristan ? ) qui a fait construire une chapelle aux pieds de la montagne sacrée du Menez Hom en l’honneur de sainte Marie. C’est la chapelle Sainte-Marie-du-Ménez-Hom, nommée Ty ar Werc’hès, la Maison de la Vierge en breton. Elle fut construite en 1570 sur les ruines d’une construction romane, elle-même bâtie, selon la tradition, sur les restes d’un temple dédié à la déesse Brigitt, situé à l’intersection des anciennes routes commerciales de la région.

Ste Marie du Menez-Hom (5)

Ste Marie du Menez-Hom (4)


On retrouve bien sûr tous les éléments d'un enclos paroissial classique, sauf l'ossuaire.

La porte triomphale
C'est une triple porte monumentale édifiée en 1739. La porte centrale est surmontée d’un fronton où est creusée une niche contenant une statue de saint Hervé aveugle représenté avec son petit compagnon-guide Guic'haran. Elle est fermée par une grille ouverte uniquement lors du passage des cortèges funéraires,
le pourquoi de son nom Porz ar maro porte de la mort.

&& Ste Marie du Menez-Hom (1)

 
Le calvaire
Ce calvaire à trois croix date de 1544 et fut réalisé dans l’atelier de l’Elorn. Sur le socle Marie-Madeleine agenouillée, que l’on retrouve au premier niveau aux côtés d’une Piétà, accompagnée de saint Jean, saint Pierre et saint Yves. Au-dessus, deux cavaliers aux pieds du Christ crucifié.
Les deux autres croix présentent les deux larrons. 

&& Ste Marie du Menez-Hom (9)

 

L'échalier
Ces dalles en schiste qui empêchent les animaux errants d'entrer dans l'enclos faisaient également l'objet d'un rituel d'entrée. Riches ou pauvres, puissants ou petites gens, tous devaient le respecter. Il y en a un de chaque côté de la grande porte triomphale.

&& Ste Marie du Menez-Hom (8)

 Si ça vous intéresse j'avais fait un article pour expliquer ce qu'est un enclos paroissial, ici .

Passons maintenant à l'intérieur.

L’autel central et les deux autels latéraux sont surmontés de retables réalisés entre 1703 et 1710. Ils furent classés aux Monuments Historiques en 1912, avant même la chapelle. La statuaire du retable représente la Sainte Famille (Marie et l’enfant, Joseph, Anne et Joachim) et les bas-reliefs des scènes de l’Annonciation, la Visitation, la Nativité et l’Assomption.

&& Ste Marie du Menez-Hom (15)

&& Ste Marie du Menez-Hom (14)

&& Ste Marie du Menez-Hom (13)

 Alors je sais ce que vous allez me dire ... trop coloré, trop clinquant, trop ostentatoire, mais il faut savoir que jusqu'au début du XXème siècle se tenaient ici des foires importantes. Les dons affluaient, ce qui explique la beauté de l'édifice et la richesse du mobilier. D'autre part chaque village essayait d'avoir un enclos plus beau que celui d'à côté, il y avait une sorte de concurrence entre eux.

Plus de renseignements sur le blog Lieux Sacrés.

A demain pour les défis du samedi.

Belle fin de semaine à vous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

30 avril 2020

Puisque ...


... nous étions à Commana hier ... restons-y ! Il me reste à vous montrer l'enclos paroissial, considéré comme l'un des plus beaux de Bretagne. Je ne vous redirai pas ce qu'est un enclos paroissial, si vous le désirez je vous invite à cliquer ici, mon premier billet sur le sujet. Cet ensemble architectural a été construit à la fin du XVIème et au XVIIème siècle, l'église Saint-Derrien datant elle de 1645. Le village étant bâti sur un mamelon isolé, et l'église possédant le clocher le plus haut de Bretagne, sa cîme culminant à plus de 300 m n'est pas loin d'approcher les crêtes des Monts d'Arrée.

&& église Saint Derrien (1)

 

L'arc de Triomphe
Cette porte monumentale, lourde et massive, est l'accès principal à l'enclos paroissial. Décorée de moulures sculptées dans la pierre, elle abritait jusqu'en 1978 deux statuettes dans les niches latérales. Autrefois, elle était fermée d'une grille en fer forgé. Elle n'était ouverte qu'à l'occasion de mariages ou d'enterrements afin de laisser passer les cortèges, l'accès à l'église se faisant habituellement par l'échalier à gauche.

&& église Saint Derrien (3)

 

L'ossuaire
Une fois franchi l'Arc de Triomphe, on trouve sur la gauche l'ossuaire Daté de 1677 à 1687, ce bâtiment est très sobre, et ne comprend qu'une porte et quatre fenêtres abritant chacune un bénitier.
Il contient un autel provenant d'une ancienne chapelle ruinée. 

&& église Saint Derrien (4)

 

L'intérieur
Vous remarquez la voûte bleue, comme dans beaucoup d'autres églises bretonnes, et même d'autres régions. Pourquoi ce bleu ? Car cette couleur fut, au Moyen Âge, une couleur liturgique affectée spécialement au Saint-Sacrement, à la Sainte Vierge et au deuil. Il rappelle le firmament, c'est pourquoi il est parfois parsemé d'étoiles. Par contre ça peut être n'importe quel bleu ...

&& église Saint Derrien (20)

 

Le retable Sainte-Anne
Ce retable est un véritable chef-d'œuvre de l'art baroque du XVIIème siècle, tellement complet, précis et illustré, qu'il est difficile de le décrire. De part et d'autre du tabernacle on peut lire dans des cartouches "Fait du temps de Missire Yves Messager recteur l'an 1682 ". Situé dans la nef nord de l'église, il mesure 6,20 mètres de large et 8 mètres de haut.

&& église Saint Derrien (18)

 

Les fonds baptismaux
La cuve en granite date de 1656, et le baldaquin, oeuvre de Honoré Alliot, date de 1683. Le baldaquin en bois à cinq pans est porté par cinq pilastres auxquels sont adossées cinq Vertus.

&& Commana

 Voila, nous en avons terminé avec Commana !
Je vous dis à samedi.

&&&&&&&&&&&&&&&

Le défi du jour, celui de Dom pour A vos marques, prêt, photographiez dont le thème est création personnelle. J'ai choisi ce "tableau" que j'ai fait pour mettre au mur de ma cuisine avec des petits moules à gâteaux anciens ...

1-juin 2018

 Je vous rappelle que vous avez jusqu'à ce soir pour m'envoyer vos photos d'églises ou de chapelles pour nos Collections de ..., j'en ai déjà reçu beaucoup mais j'en veux encore ! 😉

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

D'autre part, quand il y a eu des soucis avec canalblog et qu'on ne recevait pas les commentaires dans notre boite mail, j'ai été obligée de répondre depuis mon espace d'administration ( pour celles et ceux à qui je réponds, bien sûr ). Et j'ai trouvé ça tellement pratique ... que j'ai décidé de continuer ! La seule différence c'est que c'est mon pseudo canalblog qui apparaît en haut du mail, à savoir Cathy14.

Belle journée à vous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 juillet 2019

Partons ...

... ce matin un peu plus au sud, dans un petit village du Finistère qui porte le joli nom de Plounéour Menez. Il se trouve dans les Monts d'Arrée, dont le point culminant est d'ailleurs situé sur le territoire communal, Roc'h Ruz 385 m, ça n'est pas pour rien qu'en breton Menez signifie " montagne ". Ici également un enclos paroissial mais la puissance l'emporte sur l'opulence, montagne oblige. Comme ailleurs il doit beaucoup à la toile, c'est l'apogée du lin qui se devine dans cette grande église reconstruite en 1649-1651 ...

&& Plounéour Menez (0)

 

&& Plounéour Menez (1)

&& Plounéour Menez (3)

&& Plounéour Menez (4)

&& Plounéour Menez (5)

 

&& Plounéour Menez (2)

&& Plounéour Menez (6)

&& église Saint Yves (1)

 

Belle fin de semaine à toutes et tous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mars 2019

Cap à l'ouest ...

... et nous voila dans les Côtes d'Armor ! C'est la seconde fois que je vous emmène à Loguivy lès Lannion, tout petit village près de Lannion, la première fois c'était ici, pour ses fontaines. Loguivy de Lok ( lieu consacré ) et saint Ivy, ou Ivi, ou Divy, a été ainsi nommée dès 1678. Cette toute petite commune a été annexée à Lannion en 1961. Quelques jolies maisons fleuries ...

 

&& Loguivy Lès Lannion (2)

&& Loguivy Lès Lannion (3)

&& Loguivy Lès Lannion (4)

&& Loguivy Lès Lannion (5)

 

Et bien sûr ... un enclos paroissial !
Il date du XVIème siècle, le mur est en granit du Yaudet et la  porte triomphale est en accolade surmontée d'un fleuron. L'église, également du XVIème siècle, est pourvue d'un clocher mur avec un beffroi à trois chambres de cloches, auxquelles on peut accéder par un escalier que vous voyez à gauche. A sa droite une tourelle qui cache un autre escalier permettant de monter à la salle des archives ...

&& église Saint Ivy (0)

 

A l'intérieur la voûte lambrissée est peinte en bleu, et sous celle-ci on peut observer des motifs peints, hélas ils commencent à s'effacer ...

&& église Saint Ivy (6)

&& église Saint Ivy (7)

loguivy-les-lannion_5

 
Bon mercredi à vous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , ,