15 juillet 2022

J'avoue ...


... avoir beaucoup hésité à publier ce matin. Mine de rien faire un billet, c'est à dire choisir les photos, parfois les retoucher, les charger, faire des recherches, écrire en essayant de ne garder que l'essentiel, vérifier 2 ou 3 fois s'il n'y a pas de fautes ... et bien ça prend du temps ! Et tout ça pour qu'à peine la moitié d'entre-vous puisse y avoir accès faute de notifications ! Sans compter que comme moi non plus je ne reçois pas de notifications ... et bien je loupe forcément certains de vos billets ! Je pense à aller chez celles qui publient
tous les jours, mais avec la meilleure volonté je ne peux pas aller chez celles pour qui ce n'est à pas à jours fixes. J'ai donc pris la décision de publier jusqu'à lundi, et si ça n'est pas revenu à la normale je me mets en pause plus tôt que prévu, je suis déjà lasse à cause de tout un tas de soucis personnels ( pas graves rassurez-vous ) mais là c'est la cerise sur le gâteau !

cerise-sur-le-gâteau


Donc retournons en Charente-Maritime, cette fois-ci ce sera à l'est de Rochefort dans un village qui se nomme Tonnay-Boutonne. Comme pour les autres lieux que je vous ai montrés peu de bâtiments remarquables ...


Porte Saint-Pierre

C'est un vestige de l'ancienne enceinte fortifiée qui, par sa hauteur, marque le respect et la puissance de l'ancienne cité. Vestige d'un châtelet d'entrée elle a été construite sous influence anglaise au XIIème siècle et modifiée au XVème. Elle est composée de deux tours reliées par une voûte gothique avec arc en ogive. Elle mesure 10 m de large, 4,50 m de profondeur et 12 m de haut, les deux tours ont un diamètre de 3,30 m. Elles sont surmontées de mâchicoulis et côté extérieur elles sont ornées de cordons à damiers.

cats

Cpa-17-Tonnay-Boutonne-La-Porte-De-La

 

Mairie

En 1789, la Maison commune ( Mairie et Justice de Paix ) fut installée dans la maison que Pandin, le dernier baron de la commune, possédait en ville ( à l’emplacement du fond de l’actuelle mairie ). Déplacée au presbytère de 1794 à 1795, elle revint à la maison Pandin jusqu’à la construction de l’actuelle mairie en 1865. Située au cœur du bourg, elle est construite sur les bases d’anciennes halles de marché, le pourquoi
des grandes arcades au rez-de-chaussée.

&& Tonnay Boutonne (1)

&& Tonnay Boutonne (2)

Tonnay Boutonne (0)

 

Une ruelle avec la mairie au fond ...

&& Tonnay Boutonne (5)

 

Château de Bois-Charmant

Il est situé aux Nouillers, au sud-est de Tonnay Boutonne. Le premier seigneur de Bois-Charmant connu est Colin Mauny en 1408, les parties les plus anciennes du bâtiment remontent donc vraisemblablement au moins au XVème siècle. Un timbre (ornement extérieur servant à désigner la qualité ou la fonction d'une personne) situé dans la basse-cour porte le souvenir du passage du roi Henri IVLe domaine à changé de nombreuses fois de propriétaires. Le château a semble-t-il été peu touché par la Révolution de 1789, mais il a vu à la fin du XIXème siècle ses terres morcelées suite à plusieurs ventes et héritages. Une partie des logis sont transformés au XIXème pour abriter des animaux, occasionnant une mutilation des façades et des éléments architecturaux extérieurs. En 1971 un couple franco-belge ayant déjà acquis une première moitié de Bois-Charmant en 1968 réunit enfin l'ensemble des bâtiments du domaine et entreprend d'importants travaux. Il abrite aujourd'hui des chambres d'hôtes et des cabanes dans les arbres.

&& château de Bois Charmant

 A demain pour les défis du samedi.


Belle fin de semaine à vous !

 

drapeau-d-ukraine

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : ,


13 juillet 2022

Nous restons ...


... au même endroit, juste au sud d'Échillais dans le bourg de Saint-Agnant. Ici LA chose à voir c'est le pigeonnier de Montierneuf. Avant de vous le montrer je dois vous expliquer son origine. Il dépend en effet d'un prieuré fondé vers 1072 par les moines de l'abbaye de Vendôme. Après 1539, devenu prieuré-seigneurie, toutes les terres et marais avoisinants furent mis en valeur. On fit partiellement reconstruire et agrandir le monastère, on le dota d'une enceinte fortifiée dont il reste la porte d'entrée, et on fit édifier un pigeonnier. Au début du XVIIème siècle les nouveaux moines de la congrégation de Saint-Maur assurèrent la relève sans parvenir à retrouver l'ancienne prospérité. L'église, ruinée, ne fut pas reconstruite. A la Révolution, le prieuré fut vendu en trois lots et les bâtiments disparurent peu à peu. Il ne reste aujourd'hui du prieuré que des vestiges qui sont dans une propriété privée.

Le porche fortifié est doté de portes cochère et piétonne. Il était autrefois crénelé ( il reste les consoles supportant à l'origine le chemin de ronde ) et flanqué d'une échauguette, presque totalement détruite.

&& Saint Agnant (1)

large

 

Ci-dessous l'inscription au-dessus de la petite porte MOVSTIERNEVF, sachant qu'à cette époque U et V n'étaient que les deux apparences d'une même lettre ( voir ici ). Moustier-Neuf, du latin Monasterium Novum, désigne un monastère récent, le nom ayant un peu évolué par la suite devenant Montierneuf. Il existe également une abbaye de Montierneuf à Poitiers.

&& Saint Agnant (2)

 

Le pigeonnier

C'est l'un des plus beaux pigeonniers de France, construit en pierre de taille et de vastes proportions ( 35 m de circonférence, et 18 à 20 m de hauteur ). Édifié au XVIème siècle il est un chef d'oeuvre de la première Renaissance avec une grande richesse ornementale. Il possède des randières ( corniches constituée d'un alignement de pierres plates ) entre-autres pour empêcher les prédateurs de pénétrer dans l'édifice. L'élevage des pigeons avait pour but essentiel la récupération de la fiente, riche engrais phosphaté appelé colombine

 

&& Saint-Agnant pigeonnier de Montierneuf (1)

 

La coupole est surmontée d'un lanternon constitué de 8 colonnes cannelées avec chapiteaux à décors floraux finement sculptés.

&& Saint-Agnant pigeonnier de Montierneuf (2)

 

Ce pigeonnier comporte 2959 nids ou boulins, chacun étant travaillé en pierre de taille et prévu pour un couple de pigeons. Privilège seigneurial, le nombre de boulins était en principe proportionnel à la surface de terres appartenant en propre au seigneur. Ce droit n'a pas été respecté ici ce qui a entraîné une fermeture ultérieure d'un certain nombre de boulins.

&& Saint-Agnant pigeonnier de Montierneuf (4)

 

La porte par laquelle on entre dans le pigeonnier, l'inscription juste au-dessus indique la date du 19 novembre 1598, impossible de savoir ce que signifient les autres chiffres et lettres.

&& Saint-Agnant pigeonnier de Montierneuf (5)

 La municipalité et le propriétaire ont réussi dans les années 90 à réhabiliter ce pigeonnier qui, effondré depuis plusieurs décennies, était à l'état de ruine, et avec l'aide de l'architecte des bâtiments de France. Il est classé monument historique depuis 1951.

Si vous désirez voir des photos des ruines de l'abbaye courrez sur cette page du Ministère de la Culture, elles sont à droite, il vous suffit de les faire défiler avec les flèches.


A demain pour le 14 juillet, et des reflets.


Excellent mercredi à vous !

drapeau-d-ukraine

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juillet 2022

Je vous disais ...


... vendredi que le pont transbordeur permettait de traverser la Charente entre Rochefort et Échillais, et c'est justement dans ce bourg que nos pas vont nous mener, Échillais étant situé juste entre Rochefort et Trizay. Nous n'y avons fait qu'un petit arrêt mais il a été suffisant pour découvrir sa magnifique église romane. 

Cette église bâtie au XIIème siècle sur des vestiges du IXème est un des chefs d’oeuvre de l’Art Roman Saintongeais. Elle servait de chapelle au château dans lequel Agrippa d’Aubigné, célèbre écrivain et ami d’Henri IV, passa une nuit en 1587. Elle se développe sur cinq travées romanes terminées par une abside
semi-circulaire. Ont été rajoutés au XVème siècle une chapelle gothique et une sacristie en façade sud.

&& Échillais (10)

 

C'est surtout la forme très particulière de sa façade qui étonne, carrée elle se place dans la catégorie très réduite des églises en forme d'arc de triomphe. Elle est richement décorée, des sculptures ornent la frise
et la corniche supérieure, on y voit des modillons comme des personnages jouant de la vielle ou de l’olifant,
des jongleurs, des animaux ...

&& Échillais (2)

 

Le portail central, également richement décoré, a mal supporté les caprices de la météo ... et du marteau !
On peut y voir encore, là, une lapidation de Saint-Étienne, ici un joueur de viole, une danseuse …

&& Échillais (3)

 

Sur la gauche du portail d’entrée un chapiteau représente un monstre appelé Grand Goule qui semble
avaler le fût de la colonne.


&& Échillais (8)

 

L'intérieur décèle les nombreuses modifications survenues au cours des siècles. La nef, le transept et le clocher primitif ont été abattus au cours des guerres avec les anglais. La nef relevée a subi de nouveaux et graves dommages au XVIème siècle, du fait cette fois des Calvinistes. Reconstruite à nouveau elle est aujourd'hui à peu près nue et plus étroite que la façade.

&& Échillais (4)

 Dans la sacristie, ancienne chapelle, voûtée également en ogive, il a été découvert en 1928 sous le plancher une grande quantité de sarcophages pressés les uns contre les autres. Je n'ai rien trouvé d'autres les concernant, vous pouvez en voir 3 sur ma première photo.

&&&&&&&&&&&&&&&&&

Voici un puits que nous avons trouvé devant l'église, il est très joliment fleuri.

&& Échillais (13)

 

Si d'aventure vos pas vous menaient à Échilais sachez qu'il existe un circuit de 6 km nommé Sur les pas de Pierre Loti. L'écrivain est né à Rochefort et a passé tous ses jeudis pendant une dizaine d'années à Échillais, chez ses voisins qui y avaient une maison de campagne.

Pierre Loti


Passons à mes deux défis du lundi !

Pour Bernie et son Lundi Soleil c'est toujours le bleu qui est à l'honneur, bleu comme notre ciel depuis quelques jours. Cette fois j'ai choisi une plaque de maison en poterie photographiée à Barfleur, dans la Manche.

Barfleur (21)

 

Et puis pour Arlette et son ciel du lundi en voici un photographié hier après-midi à Beaumont en Auge dans le Calavados au-dessus de la vallée de la Touques. Juste au-dessous de la petite croix blanche c'est là
où se jette la rivière, entre Trouville et Deauville.
Il est difficile sur ma photo de voir la mer, mais je vous assure qu'elle y est ! 😉

IMGP6983

 Nous retournerons en Charente-Maritime mercredi.

Belle semaine à toutes et tous !

drapeau-d-ukraine

08 juillet 2022

Retournons ...


... aujourd'hui en Charente-Maritime. Mais avant cela toutes mes excuses pour hier et mercredi ( enfin je n'y suis pour rien ! 😉), l'accès aux blogs canalblog étant trop aléatoire j'ai préféré ne pas publier. Il semblerait que tout soit revenu à la normale, quoique toujours assez lent. Mais revenons à nos moutons ! Je vous emmène donc en Charente-Maritime pour deux mini balades au sud de Rochefort.

Pont transbordeur du Martrou

Au XIXème siècle le seul moyen de traverser la Charente entre Rochefort et Échillais est le bac. Ce système de traversée est limité à marée basse, ou en cas de conditions météorologiques défavorables et de courants trop forts. La construction d'un pont est alors décidée, le défi est de trouver un système qui permette la traversée des personnes sans gêner la navigation maritime, notamment les navires de l'Arsenal de Rochefort. C'est le projet de Pont à Transbordeur proposé par Ferdinand Arnodin qui est retenu en 1897, il faudra 27 mois pour qu'il soit terminé et il sera inauguré le 29 juillet 1900. Cet ingénieux système se compose d'une partie fixe (classée pont suspendu) et d'une partie mobile (classée remontée mécanique). Deux pylônes métalliques supportent un tablier sur lequel glisse un chariot sur un système de rails. Une nacelle y est suspendue et relie les deux rives sans gêner la circulation maritime. Il a fonctionné jusqu'en 1967, et a été rénové entre 2016 et 2020. En 1966 le transbordeur sert de décor à la scène inaugurale du film de Jacques Demy Les demoiselles de Rochefort. Il avait envisagé de le faire peindre en rose pour son film mais les habitants refusèrent.

&& pont transbordeur (1)

5-pont-transbordeur-de-rochefort

 

Sculpture faisant partie du Sentier des Guetteurs, il y en a 14 qui sont réparties près du pont de chaque côté de la Charente. Elles sont signées Hélène Yousse, Benoit Hapiot et Johannes Zacherl, je ne sais pas qui a réalisé celle que je vous montre mais je la trouve très poétique.

&& pont transbordeur (2)


Structure navale

 Ce bateau est le symbole des activités du Port de Martrou au XIXème siècle. C'est un don de Michel Grasset, habitant de Port des Barques, à l'association "Les amis du patrimoine échillaisien". Il est exposé près de la maison du Transbordeur en bordure de Charente. Nous ne l'avons pas visitée, pas plus que nous n'avons emprunté le pont puisque c'était en 2019 et qu'il était en travaux.

&& pont transbordeur (4)

&& pont transbordeur (6)

 

Trizay

Ce bourg est lui aussi situé au sud de Rochefort, il est principalement connu pour son prieuré.
Traditionnellement appelé abbaye de Trizay il fut fondé au tournant des XIème et XIIème siècle et dépendait de la puissante abbaye de la Chaise-Dieu en Auvergne. Il a beaucoup souffert durant les guerres de religion, et a été durant une période aménagé en citadelle. Il a vu l'incendie de son église et la destruction d'une partie des bâtiments conventuels, le tout étant maladroitement réparé par la suite. Un état des lieux réalisé beaucoup plus tard en 1760 signale une église déjà à demi-ruinée. En 1791 il est vendu comme bien national, les bâtiments conventuels étant transformés en exploitation agricole. Classé monument historique en 1920 il fut restauré à partir de 1994, il abrite depuis en centre d'art contemporain.

&& Trizay abbaye (1)

&& Trizay abbaye (2)

 
L'Arnoult près de Trizay

&& Trizay (3)

 Si ça vous dit nous resterons lundi dans cette région.
Demain ce sont les défis du samedi !


Excellente journée à vous !

drapeau-d-ukraine

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 avril 2022

Courte balade ...


... dans le nord de la Loire, à Saint-Jean Saint-Maurice sur Loire. Ce village situé à 15 km de Roanne est né de l’union de deux communes, Saint-Jean le Puy et Saint-Maurice sur Loire, il est situé sur l’itinéraire jacquaire Cluny/Le Puy en Velay. Et c'est dans le bourg de Saint-Maurice, à caractère médiéval et niché sur un promontoire dominant la Loire, que nos pas vont nous mener. 

&& Saint Maurice sur Loire (20)

 

La forteresse

Située sur un éperon rocheux la forteresse comprenait un donjon massif et un château féodal. Le château n'avait pas qu'une vocation militaire, il était aussi siège de haute et basse justice. Construit à la fin du XIIème siècle à la place d'un château en bois il permettait de surveiller les alentours. Il fut démantelé en 1626 par les troupes de Richelieu. Le donjon est une tour imposante de 17 m de haut dont l'accés se trouvait à plusieur mètres du sol, au niveau du premier étage.

&& Saint Maurice sur Loire (2)

 

Les portes

Le château et le donjon étaient protégés par une ceinture de fortifications, visible encore aujourd'hui à travers la porte qui conduit au château, la porte Guy de la Mure ( du nom d'une famille du village ). Il existait une seconde ceinture de fortifications que l'on franchit en passant sous la porte du Ris Serpentin ( ruisseau du Serpentin qui coule en contrebas ).

&& Saint Maurice sur Loire (5)Porte Guy de la Mure et ce qu'il reste de son échauguette ( en haut à droite )

&& Saint Maurice sur Loire (6)
Porte du Ris Serpentin

Maison du Cadran Solaire

Ce petit manoir a été édifié en 1595 par Maître Jacquet, l'un des nombreux notaires qui vivaient à Saint-Maurice au XVIème siècle, époque de la construction du corps principal d'habitation. La tour, élevée au début du XVIIème siècle, fait apparaître des pierres de pays. Quand le siège de justice fut transféré à Roanne en 1698 la plupart des notaires partirent s'installer là-bas. La famille Jacquet resta au village et à la Révolution ce fut un Jacquet qui devint le premier maire de la commune.

&& Saint Maurice sur Loire (1)

 
Cette maison est l'une des plus admirées du village, sa tour carrée est ornée d'un cadran solaire restauré dans les années 90 avec une devise bien lisible :

" Je ne connais que les heures de lumière "

&& Saint Maurice sur Loire
La plupart des infos ont été trouvées sur le site des Amis de St-Jean St-Maurice sur Loire 

Passons maintenant à mon défi du jeudi, à savoir notre Photo Préférée chez Anika. J'ai aujourd'hui choisi une photo prise à la pointe de Penhir sur la presqu'île de Crozon, avec le fameux " Tas de Pois ", ces trois rochers dans la mer à gauche ...

&& pointe de Penhir (11)

 

Et puis voici la photo de la semaine dernière que j'ai oublié de vous montrer. Elle a été prise à Saintes, on voit à droite l'Arc de Germanicus, à gauche le pont Bernard de Palissy sous lequel coule la Charente ...

12-21 avril Saintes

 A demain pour la suite et la fin de notre courte balade.


Belle journée à toutes et tous !

drapeau-d-ukraine

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


30 mars 2022

Je vous emmène ...


... aujourd'hui et pour un seul billet dans un joli bourg de Charente-Maritime qui se nomme Soubise.
Il possède un peu plus de 3000 habitants et est situé au sud-ouest de Rochefort.

Hôtel des Rohan 

Catherine de Partenay, épouse de René de Rohan, qui participa au siège de La Rochelle sous le nom de Douairère de Rohan, fit construire au début du XVIIème siècle ce magnifique hôtel. Il fut racheté par Louis XIV en 1690 qui le mit en 1691 à disposition des sœurs de Saint-Vincent de Paul pour y installer un hospice en 1696. Ainsi il sera l'hospice de Soubise pendant un siècle. Après la Révolution il est durant 180 ans l'école publique de la commune, avant de devenir en 1982 l'hôtel de ville.

Le corps de logis est un bâtiment rectangulaire à étages, surmonté d'une toiture de tuiles canal avec cinq lucarnes ornées de frontons sculptés.

&& Soubise mairie (2)

 

L'entrée se fait par une porte située au sommet d'un perron en pierre. Des pilastres sculptés de fruits et feuillages encadrent cette porte. Un fronton avec un arc brisé la surmonte. Dans l'axe, un cartouche orné
portait des armes aujourd'hui rabotées.


&& Soubise mairie (4)

 
Dans le mur surmonté d'une frise sculptée d'attributs militaires est pratiquée une porte en plein cintre qui sert d'entrée principale. Cette porte était encadrée de deux pilastres ioniques dont il ne reste que les chapiteaux.
Elle est surmontée d'un fronton avec écusson sculpté et d'une frise ornée de guirlandes de fruits et feuillages caractéristiques du style Louis XIII.

&& Soubise mairie (3)

 

Le puits devant l'Hôtel des Rohan.

&& Soubise mairie (6)

 

Église Saint-Pierre

Elle fut d’abord une église romane, mais sans doute détruite par quelques "sièges" elle fut reconstruite à l’époque gothique. Très abimée de nouveau par les guerres de religion, l’église resta sans doute à l’abandon, jusqu’à ce qu’un seigneur de Soubise, immensément riche, la fit rebâtir au tout début du XVIIIème siècle.
La façade classique et la belle nef en plein cintre datent de cette époque.


&& Soubise église (1)

&& Soubise église (2)

 

Un des vitraux, moderne, mais que je trouve fort joli malgré tout.

&& Soubise église (4)

 

Anecdote

Vous avez peut-être été surpris par le toit du clocher. Ce clocher avait jadis une flèche qui, sous la Révolution, fut surmontée d’un bonnet dit "de la liberté". En 1818 un sous-préfet trouva cet ornement disgracieux et ordonna au Maire de le faire disparaitre. Cela ne fut pas plus tôt fait que, par suite d’une intervention
divine ou diabolique, les opinions divergent sur ce point, le clocher fut touché par la foudre et s’effondra !
Il fut remplacé par le toit actuel.

glise1884


Et puis avec un jour d'avance ma participation pour Anika et sa Photo Préférée. J'ai choisi une photo prise au jardin du Luxembourg ... au printemps !
 

&& Luxembourg (3)

 Je ne vous retrouve pas demain, ni après-demain, ni même samedi mais ... mardi prochain ! Samedi nous fêtons mon mari et moi nos 60 ans, nous serons 45 et j'aurai, vous l'imaginez, beaucoup de travail pour préparer ça ! En attendant ...


Bon mercredi à toutes et tous !

 

drapeau-d-ukraine

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [63] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 février 2022

La Baudissière 2


Comme je vous le disais hier les petites cabanes ostréicoles ont été peu à peu abandonnées. La commune a donc permis, suite à la réussite de l’aménagement du site ostréicole du Château d’Oléron, une réhabilitation de ces cabanes, qui pour certaines sont confiées à des artistes ou créateurs qui y pratiquent leur métier depuis une dizaine d'années, et ouvrent leurs portes au visiteurs. En 2017, ils se sont regroupés dans une association : Art et Cabanes afin de promouvoir ce chenal et leurs activités créatrices. Très colorées, ces cabanes restent le symbole de l’ostréiculture traditionnelle. Dans l’une d’elles, quelques panneaux présentent l’exploitation du sel et de l’huître ainsi que les oiseaux qui nichent sur la côte. Quelques cabanes ont malgré tout gardé une activité ostréicole. ( sources Oléron Mag et Dolus Oléron Tourisme )

 

&& La Baudissère (23)

&& La Baudissère (13)

&& La Baudissère (20)

&& La Baudissère (16)

&& La Baudissère (18)

&& La Baudissère (17)

&& La Baudissère (9)

&& La Baudissère (5)

 Sur cette dernère photo tout le monde aura je pense reconnu une éclade, ou églade ...! C'est une spécialité de moules typique de Charente-Maritime. À l’origine de la recette les moules étaient disposées à même la terre au cœur des marais et on ajoutait dessus les aiguilles de pin auxquelles on mettait le feu. C’est de là que provient l’autre nom local "la terrée". Les moules sont tout d’abord rangés méthodiquement debout sur la pointe et sur la tranche, en rond, sur une planche de bois. Elles sont ensuite recouvertes d’aiguilles de pin et le feu est allumé avec un carton qui enflamme les aiguilles. Elles cuisent à l’étouffée, à la chaleur des braises de pin, et quand elles sont consumées, il suffit de souffler sur les cendres ... et de déguster !

&&&&&&&&&&&&&

Pour Anika et sa Photo Préférée j'ai choisi aujourd'hui un petit coin de ma campagne normande,
au lever du soleil ...

IMGP3054

A demain pour tout autre chose.


Belle journée à vous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2022

La Baudissière 1


Avant de rentrer dans le vif du sujet désolée pour le bug de canalblog lundi. J'ai renvoyé dux fois ma notification, écrit une newsletter ... seule une notification est arrivée le midi. Je remercie celles et ceux
qui sont malgré tout passés avant, je fais de même chez ceux qui publient à date et heure fixe.

&&&&&&&&&&&&&&&

La Baudissière est située sur la route des Huîtres, sur la côte est de l'île d'Oléron, au nord de Château d'Oléron. Ce petit port où se regroupent, autour du chenal du même nom, de nombreux établissements ostréicoles, est un endroit particulièrement pittoresque. Comme pour les sites de Fort-Royer ou du port ostréicole du Château d’Oléron, les traditionnelles petites cabanes ostréicoles ont été peu à peu abandonnées pour des raisons de normes modernes, mais aussi à cause de la diminution du nombre de producteurs d’huîtres Marennes-Oléron. 

 

&& La Baudissère (4)

&& La Baudissère (10)

&& La Baudissère (11)

&& La Baudissère (19)

&& La Baudissère (21)

&& La Baudissère (2)

&& La Baudissère (6)

MEB-122-Oléron-1

 Le temps était hélas bien gris ce jour-là ...

Je vous rappelle que vous avez jusqu'à demain pour m'adresser vos photos d'enseignes pour nos Collections de ... de lundi. J'en ai déjà reçu pas mal ... mais il m'en faut encore !

A demain pour la suite de la balade à La Baudissière.


Bon mercredi à toutes et tous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2021

Suite et fin ...


... de la visite des grottes de Matata. Comme je vous l'ai dit lundi, elles ont été de tout temps habitées. Les hommes de la préhistoire trouvèrent probablement en ces grottes un refuge contre les bêtes féroces. De plus plusieurs conditions de vie s’y trouvaient réunies : les sources d’eau potable, les poissons que l’on pouvait pêcher dans les eaux riches de l’estuaire … Dans une des grottes vous avez découvert hier la reconstitution d’un habitat typiquement saintongeais du XIXème siècle. La vie des pauvres gens qui occupaient les grottes s’améliora considérablement par la venue des touristes s’adonnant à la mode toute nouvelle des " Bains de
Mer ". On vit alors apparaître buvettes, guinguettes, restaurants, dont le plus connu et le plus prisé fut celui des Grottes de Matata. ( source Les Grottes de Matata )

 

&& Meschers grottes de Matata (22)

&& Meschers grottes de Matata (20)

&& Meschers grottes de Matata (24)

&& Meschers grottes de Matata (21)

 

La légende de Matata

C'est un peu long ... vous avez le droit de zapper ! 😉 C'est l'écrivain Paul Dyvorne qui a imaginé cette légende dans les années 30, inspirée toutefois de faits authentiques.

 Au XVIème siècle Charlotte de La Trémoille, épouse de Henri de Condé, était propriétaire à Meschers du Château Bardon. La jeune princesse y faisait quelques visites en compagnie de son page, Permilhac de Belcastel. En l'année 1588 Henri de Condé fut retrouvé mort empoisonné. Sa veuve fut accusée et emprisonnée durant six ans. Permilhac quant à lui, soupçonné de complicité, s'enfuit et se cacha dans les grottes de Meschers. Tapis dans son creux, vêtu comme un misérable, ne sortant que la nuit, il passa d'abord inaperçu. Mais un matin, alors qu'il s'était attardé sur la falaise et qu'il passait près d'un moulin, le meunier étonné de la présence de cet étranger lui demanda son nom. De peur d'être reconnu Permilhac bafouilla quelques mots de latin relatant la beauté du jour " Matuta, Matunina ". Ce mot, mal compris, se transforma en Matata et devint son "nom". De par sa vie recluse et son allure de vaurien, Matata se fit une dure réputation de sorcier, et lorsqu'il ne se présenta pas à la cérémonie du baptême de la cloche de l'église, toute la population lui en garda rancune. On ne douta plus que Matata eut des rapports avec le diable. Manipulés par la peur et l'ignorance, quelques fanatiques vinrent le guetter à la sortie de son trou, le lapidèrent et l'emmurèrent dans la falaise. Ainsi se termina la vie de Matata ... Ce qui porte aujourd'hui son nom fut le témoin d'une tragique histoire d'amour entre une princesse de 19 ans et son page qui en avait 16 ...
( la légende est la même partout, j'ai choisi la version " courte " sur le site Bernezac.com )


&& Meschers grottes de Matata (26)

Meschers grottes de Matata (27)

 

Et puis parce que vous avez aimé celui d'hier ... en voici un autre !

&& Meschers grottes de Matata (14)

 Je vous retrouve demain pour un dernier billet avant ma pause, mais un billet où les commentaires seront désactivés, je n'aurai pas le temps de vous répondre, et vous probablement pas de commenter ! En attendant ...


Belle fin de semaine à vous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2021

A la demande ...


... quasi générale, voilà l'intérieur des grottes ! Mitou et Brigou je vous autorise à rester à l'extérieur !

Marie Guichard

Mais qui est cette personne allez-vous me dire ...? Une femme vais-je vous répondre ... bon ça vous vous en doutiez un peu ! 😉 En tous cas certainement pas la femme de Daniel !!! ( NDLR ... Daniel Guichard, le chanteur ! ). Marie Guichard, surnommée La Guicharde, vécut dans les grottes de Matata de 1894 à 1920. Comme la plupart des habitants des troglodytes, Marie vivait des ressources qu'elle tirait de son environnement. Elle avait un potager, une basse-cour, elle possédait des balances pour la pêche, ramassait des coquillages sur la plataine ( partie basse des falaises où la roche est plus dure ) et pouvait même vendre le surplus de ses produits. Elle avait accepté de poser pour un éditeur de cartes postales. En échange, elle possédait un stock de ces cartes qu'elle vendait aux touristes qui visitaient les grottes. Cela explique sa célébrité et le grand nombre de clichés la représentant. ( source C-ROYAN )

 

Meschers grottes de Matata (5)

Meschers grottes de Matata (7)

Meschers grottes de Matata (8)

Meschers grottes de Matata (6)

Quelques photos des pièces de la grotte, avec quelques meubles que j'aurais bien vus chez moi ! 😉

&& Meschers grottes de Matata (9)

&& Meschers grottes de Matata (13)

&& Meschers grottes de Matata (18)

&& Meschers grottes de Matata (10)

&& Meschers grottes de Matata (4)

&& Meschers grottes de Matata (17)

 Mais à quoi pouvait bien servir cette chaise ...? Et bien c'était une cachette à sel ! Une cachette étonnante ... mais efficace ! Qui dérangerait ces vieilles gens assis sur leur chaise ...? Les contrôleurs cherchaient le sel
dans la maison, sans succès, et ainsi on ne payait pas la gabelle !

 A demain pour la suite.


Bon mercredi à toutes et tous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags :