... vous avoir montré les principaux monuments d'Alençon, voici quelques maisons.

Hôtel de Boullemer 1

Il porte également le nom d'Hôtel Libert. C'est en 1730 que Jean-Baptiste de Boullemer de Bresteau, premier président du présidial d'Alençon, achète un immeuble qu'il fait remanier pour en faire son hôtel particulier. Composé de trois niveaux et de trois corps de bâtiment cet hôtel, bien représentatif du XVIIIème siècle, est harmonieusement proportionné. Le fronton triangulaire qui en orne le centre est en granit comme la majeure partie de la demeure ( granit issu de carrières de la région ). L'hôtel est resté dans la famille de Boullemer jusqu'en 1805, après plusieurs propriétaires successifs il appartient aujourd'hui à une société immobilière qui l'a transformé en appartements de grand confort.

&& Hôtel de Boullemer (3)

 

Hôtel Guyon de Vauloger 2

Cette demeure des XVème et XVIIIème siècles servit de résidence aux intendants de la généralité d'Alençon
( en 1636 Louis XIII désigna Alençon comme siège d'une circonscription financière appelée "généralité" ). 
Puis ce fut le colonel de Hautecloque, l'oncle du Général Leclerc qui y résida.

&& hôtel Guyon de Vauloger

 

Maison Vénitienne 3

La façade de cette maison a été dessinée par Achille Oudinot, architecte sculpteur, elle arbore les trois ordres antiques : le dorique, le ionique et le corinthien. Elle fut la demeure du graveur Pierre-François Godard choisi par Honoré de Balzac pour illustrer son édition des oeuvres de La Fontaine en 1825.

&& maison vénitienne

 

Hôtel Érard de Ray 4

Construit à la fin du XVème siècle et remanié au XVIIème, le bâtiment était initialement la résidence d'une famille de la noblesse normande, les Érard de Ray. Il a lui aussi été durant quelques années le siège de l'Intendance de la Généralité d'Alençon. Il devint en 1790 le siège du tribunal de commerce, il l'est encore aujourd'hui. Honoré de Balzac qui a brièvement séjourné à Alençon, s'est inspiré de ce bâtiment pour décrire, dans son roman Le cabinet des Antiques, l'hôtel de la Famille d'Esgrignon. 

&& tribunal de commerce

 

 Maison des Sept-Colonnes 5

Cette maison datée du XVème siècle, peut-être sur des bases plus anciennes, est un édifice emblématique de l'architecture civile d'Alençon, à pans de bois et à pignon sur rue. Elle est vendue à une société civile immobilière en 1990, mais des désordres apparaissent au grand jour lors de la tempête de 1999, liés à des travaux réalisés dans les années 1980. L'édifice est étayé en juillet 2004 et vidé des habitants puis du commerce en 2014. Des travaux de rénovation sont en cours, l'immeuble doit à terme accueillir un
commerce et trois logements.

&& divers Alençon (9)

 
Maison à colombages
 6

Cette maison, qui conserve les caractères d'une construction du XVème siècle sous sa façade rénovée (aujourd'hui un chocolatier), fut donnée au trésor de l'église Notre-Dame, qui se situe en face, par Jehan de Pilloys, sieur de Montigny. Dans les années 1506-1518, elle sert d'ouvrouer et cabaretz c'est-à-dire d'atelier et de boutique. On peut donc penser qu'elle était utilisée comme lieu de travail par les tailleurs de pierre, les menuisiers, les maçons et autres ouvriers employés aux travaux de l'église et qu'ils y prenaient leur repas.
Merci à Josiane qui habite Alençon pour ce complément d'informations.

 

&& divers Alençon (19)

129122938_o

 A demain pour les défis du samedi.

Belle journée à toutes et tous !