05 avril 2019

De la verdure

Avant de rentrer dans le vif du sujet je voulais vous prévenir que canalblog débloque depuis hier soir, il est donc possible, voire probable si vous n'êtes pas connecté avec canalblog, que vous ayez du mal à déposer un commentaire. Ceci est bien sûr ... indépendant de ma volonté ! 😉

La Devinière c'est aussi un jardin, un verger, et des vignes ...

&& La Devinière (30)

&& La Devinière (22)

 

Les vignes existaient déjà à la toute fin du XVIIème siècle comme l'atteste la gravure ancienne en fin de billet. Celles-ci ont été plantées en 2004 en cépages chenin (blanc) et cabernet (rouge). Dans Gargantua la vigne est le lieu de la bagarre entre les bergers de Grandgousier et les fouaciers de Lerné dont le seigneur est Picrochole, d'où la guerre picrocholine.

&& La Devinière (50)

 

On retourne le temps d'une photo dans la cave troglodyte pour voir les différentes tailles de bouteilles. Le petit panneau à droite mentionne la " Dive bouteille ". C'est dans le Cinquième Livre (datant de 1546) que Rabelais évoque la Dive bouteille. Le personnage appelé Bacbuc parle à Panurge ( l'homme aux moutons ! ) en évoquant avec ferveur la divine boisson contenue dans une bouteille. Dive étant une autre forme du qualificatif divine.

&& La Devinière (44)

 

La Devinière produit 4000 bouteilles de vin par an, deux tiers de rouge, un tiers de blanc, et depuis peu la  production compte un crémant. Le vin se nomme " Clos de la Devinière " à cause des murs qui entourent les vignes sur la gravure ancienne.

&& La Devinière (14)

 

Le paysage vu de la Devinière avec au fond à droite le château du Coudray-Montpensier ( XVème - XIIème siècles ), récompense offerte par Gargantua à Gymnaste. Le voici de plus près, mais la photo n'est pas très nette car j'ai dû beaucoup zoomer ...

&& Seuilly Le Coudray Montpensier

La_Devinière_(estampe)

Et si vous voulez encore un peu de lecture ...

" Selon Rabelais,  le vin possède le pouvoir de remplir l’âme de toute vérité, de tout savoir et de toute philosophie. La boisson que l’auteur tire de son tonneau inépuisable désigne par une joyeuse métaphore le savoir, la bouteille devient le livre, et le vin se fait lire. Des cris poussés à la naissance par Gargantua : À boire ! À boire ! À boire ! À l’oracle de la Dive Bouteille : Trinch ! (Buvez) qui clôture le Cinquième  livre, l’invitation au banquet est de même nature, il s’agit de s’enivrer de connaissances, de humer ce piot (vin) qui demeure le meilleur remède contre l’ignorance. "


J'ai trouvé tous ces renseignements sur le site du Musée Rabelais, et sur le prospectus remis lors de notre visite.


Belle fin de semaine à toutes et tous !

 

Posté par CathyRose à 07:00 - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags :